article

Départementales sur le canton de La Ravoire : attaquer les adversaires mobilisera-t-il les abstentionnistes ?

Par Laura Campisano • Publié le 25/06/21

On connaissait la technique éculée de l’arrachage d’affiches d’adversaires sur les panneaux dédiés à cet effet, les faux comptes sur les réseaux sociaux pour instiller le doute dans l’esprit des plus fidèles suiveurs, voici venu le temps des règlements de comptes par voie de communiqués de presse. A moins de 48 heures du second tour des élections départementales, le canton de La Ravoire est une fois de plus au centre d’une bataille rangée : attaques, réponse, propos jugés calomnieux et diffamants… tous les ingrédients pour donner envie aux électeurs de se déplacer le 27 juin prochain.


Au soir du premier tour, les électeurs qui s’étaient déplacés aux urnes sur le canton de La Ravoire avaient placé le binôme Arthur Boix-Neveu – Aurélie Fournier en tête du scrutin avec 33,19 % des voix, devant Alexandre Gennaro et Josette Remy (28,87%), Frédéric Bret et Angélique Guilland obtenant 20,95 % des voix et Rémy Garnier et Mylène Joly (RN), 16,99%. Alexandre Gennaro ayant réussi à obtenir le sésame tant prisé de la majorité départementale savoyarde, bien que Frédéric Bret et Nathalie Laumonnier en soient tous deux issus et écartés, c’est fort naturellement que le président de cette majorité ait officiellement appelé à voter pour son binôme pour ce second tour de scrutin. Jusque-là, tout semblait normal, et pourtant.

« La fraction la plus ultra de la gauche »

« Le choix est dorénavant simple entre d’un côté la candidature des maires de la Ravoire et de Challes les Eaux, qui siégeront au sein de la majorité départementale et de l’autre celle du binôme conduit par un élu représentant la fraction la plus ultra de la gauche,et soutien d’une candidateaux régionales opposée à la réalisation de la ligne nouvelle ferroviaire Lyon-Turin, seul moyen de reporter le trafic poids lourds sur le rail et de limiter la pollution de l’air dans l’agglomération de Chambéry. » Le communiqué de presse, signé conjointement par Emilie Bonnivard, Hervé Gaymard et Michel Bouvard, appelant les électeurs à voter en faveur du duo Gennaro-Remy a soudain pris une allure qu’on ne soupçonnait pas dans les salons feutrés du département savoyard. Surprenant, alors que la plupart des cantons voient les binômes « La Savoie vous unit » en tête ou tout au moins qualifiés au soir du 1er tour, à l’exception de Chambéry 3. Surprenant quand toutes les planètes semblent alignées pour la majorité départementale. Pourquoi donc une telle sortie ? C’est sans doute la question que s’est posée Arthur Boix-Neveu à la lecture d’un communiqué envoyé aux rédactions mais aussi affiché sur les réseaux sociaux, le présentant comme la « fraction la plus ultra de la gauche ». La crainte de perdre un canton-clé ? « Ils nous font passer pour des ultra de gauche, soit encore plus loin que le NPA ! » réagit l’intéressé,  « alors que je suis le seul sur le quatuor à être encarté à Generation.s, les habitants le savent, nous le leur avons expliqué dans un tract ces derniers jours. Nous avons davantage de soutiens de droite, que d’opposants, y compris parmi les élus et même des adjoints de certains candidats. » Localement, la profession de foi du binôme Gennaro-Remy, distribuée dans les boîtes aux lettres de la commune, mentionne : « Notre candidature est celle de la tolérance, du partage des idées, dans l’intérêt du territoire et ce sans clivages politiques, contrairement à nos concurrents, candidats d’une alliance purement électoraliste, notamment avec la France insoumise, sans cohésion de programme. » La liste Savoie Ensemble compte en effet le soutien, sur certains cantons, de la France insoumise, sans que cela ne soit généralisé : le parti de Jean-Luc Mélenchon en Savoie, avait été hostile à conclure un accord auquel participait le Parti socialiste, ainsi que nous en faisions mention dans notre article du 10 mai dernier. Suffisant pour sortir l’artillerie lourde ? Difficile, en tout cas, de ne pas voir dans ces attaques en ordre, autre chose que des querelles de boutiques, ce que rejettent en masse les électeurs… Ajoutons enfin à ce florilège d’amabilités, le soutien officiellement affiché de l’ex-candidat Frédéric Bret en faveur du duo Fournier – Boix-Neveu, suffisant pour mettre les nerfs de chacun à rude épreuve.

Un droit de réponse assaisonné

Par le biais d’un droit de réponse, le binôme Boix-Neveu-Fournier n’a pas manqué de répondre à ces attaques. « A défaut de réussir à mettre en avant les qualités ou des valeurs qui feraient du binôme Alexandre Gennaro et Josette Remy de bons élus pour le canton, Hervé Gaymard, Emilie Bonnivard et Michel Bouvard préfèrent distiller de fausses informations à l’égard de notre quatuor. » exposent-ils, avant de poursuivre : « Après avoir affirmé hier à Arthur Boix-Neveu qu’il était socialiste et soutenait Manuel Valls (en débat sur les ondes de France Bleu Pays de Savoie), le président du département signe un nouveau communiqué de soutien à nos concurrents, en expliquant qu’Arthur Boix-Neveu est le représentant de la fraction la plus “Ultra de la gauche”. Ces propos sont diffamatoires. » Mais ce qui peut davantage inquiéter les candidats, au vu du chiffre de l’abstention record du 1er tour, est bel est bien de faire fuir au lieu de rassembler, les plus récalcitrants des électeurs (62,77% d’abstention sur ce canton au premier tour). « Si la seule stratégie de nos adversaires pour gagner le canton est d’essayer de manipuler les électeurs en leur faisant peur, nous comprenons pourquoi ces derniers sont de moins en moins nombreux à vouloir se déplacer pour aller voter. Nous regrettons en outre de devoir passer nos dernières heures de campagne à répondre à des attaques ridicules qui ne trompent personne, plutôt que de les passer à débattre sur des projets ou à passer du temps auprès des habitants. »  Dans une campagne qui n’a pas été évidente, rendue difficile par le contexte sanitaire toujours incertain, le couac des professions de foi, entre autres obstacles, une chose semble certaine : le renouvellement des institutions semble plus que jamais nécessaire, tout autant que celui des méthodes, pour que les électeurs retrouvent le chemin des urnes. Verdict le 27 juin prochain.

Tous les commentaires

1 commentaire

TsarPopa

25/06/2021 à 12:20

Tout est dit, on a un animal politique (M Gennaro) et un quatuor citoyen (ok il y a 1 encarté) qui axe sa politique sur le débat public, le canton et une visio. Global de la Savoie.

Mon choix est vite vu. C'est Fournier/Boix-Neveu Dimanche.

Répondre

Commenter